• Prospérin Tsialonina

Le "Design thinking"


Plusieurs auteurs en ont parlé et défini le Design thinking selon plusieurs approches. J'épouse la définition de Wikipédia "Le Design Thinking est une approche de l'innovation et de son management qui se veut une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive. Il s'appuie beaucoup sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l'utilisateur final. Ce processus a été développé à Stanford dans les années 80 par Rolf Faste sur la base des travaux de Robert McKim. Contrairement à la pensée analytique, le Design thinking est un ensemble d’espaces qui s’entrecroisent plutôt qu’un process linéaire avec un début et une fin."

Le succès du Design thinking repose sur la compréhension du besoin de l'humain. Plusieurs écoles traitent le sujet mais le prestigieux D-School de l'Université de Stanford, là où la démarche est née, reste l'endroit idéal pour expérimenter le changement social.

C'est un endroit pour créer des solutions. Et contrairement à ce qu'on pense et ce qu'on voit dans les autres grandes écoles, l'ordinateur est proscrit au D-School. Les chaises sont amovibles et chaque cours choisit le design d'emplacement qu'il veut mais un plan de l'emplacement initial est affiché à côté de l'entrée pour que tout soit remis à cette position 0 après chaque cours. Tableaux blancs, Post-it et markers sont en général les outils de travail de la plupart des salles de classe.

J'ai eu l'occasion et le privilège de visiter le D-School lors de mes déplacements en Californie en juin 2016.

Selon plusieurs approches, le Design thinking traite les problèmes et/ ou offre des solutions selon un processus de plusieurs étapes : "définir, rechercher, imaginer, prototyper, sélectionner, implémenter, apprendre", selon Rolf Faste.

Trois dimensions sont généralement prises en compte : la désirabilité, la faisabilité et la viabilité. Pour comprendre le désir, il faut comprendre la personne et sentir ce qu'il veut, être capable de le comprendre et surtout avoir de l'empathie. Pour cela, il faut savoir ce que les gens font, pensent, ressentent et disent.

La démarche consiste ensuite à pouvoir schématiser la problématique, inspirer l'équipe, mettre en place un système d'évaluer les idées reçues ainsi que le mode de prise de décision.

Une fois cela en place, on passe à l'idéation. Toutes les méthodes de créativité et de brainstorming connues jusqu'ici peuvent être utilisées et mises en pratique. L'objectif est d'avoir le plus d'idées possibles afin de résoudre le problème.

Le choix de l'idée et des options dépendra bien sûr des dimensions que nous avons évoquées plus haut. Des prototypes ainsi que des tests doivent suivre pour améliorer les solutions proposées.

Connaître son client (l'utilisateur) est une des bases fondamentales du Design thinking. Ce dernier touche plusieurs secteurs d'activités comme l'éducation, les relations internationales, la médecine, l'ingénierie, etc.

Des mini-formations sont proposées lors des grandes rencontres (congrès et sommet mondiaux de l'entrepreneuriat). N'hésitez pas à en prendre partie dès que l'occasion se présente.

#designthinking #créativité #innovation #entrepreneuriat

68 vues

© 2019 par Tsialonina Consulting | Lokstedt D-22529 Hamburg | WhatsApp +49 176 8143 0079